Les 10 points à retenir de mon stage en startup web

Netsas

Cet article malicieux s’était caché sur mon ordinateur depuis un an maintenant alors qu’il était prêt à être jeter en pâtures à mes lecteurs ! Il met en évidence les choses que j’ai apprises lors de mon stage chez Netsas, startup web parisienne qui développe un logiciel online de partage d’images pour professionnels.


1. L’esprit d’équipe et d’entreprise est une chose primordiale

Je pense que l’esprit d’entreprise, et l’esprit d’équipe, sont particulièrement importants. Dans mon cas, nous avons travaillé à 6 personnes dans un tout petit bureau et il faut avoir un bon esprit pour cohabiter ainsi. L’esprit d’entreprise, c’est également ce qui va faire que l’on sera content d’aller travailler le matin et que l’on va se donner à fond, surtout dans les périodes difficiles. Et on est toujours fier d’afficher un fort esprit d’entreprise face à d’autres équipes moins soudées. Dans cette optique, les stagiaires et moi avons offert à toute l’équipe des mugs «I have the netsas spirit», et j’ai pas mal travaillé sur le wiki d’entreprise, qui regroupe l’histoire de la société, des anecdotes, des photos etc.


2. On ne peut pas toujours contourner les problèmes

Trop souvent, j’ai été tenté de contourner les problèmes. Mais souvent cela veut dire écrire du code moins efficace, moins scalable et/ou moins maintenable. Il est souvent important de chercher un peu plus à faire les choses proprement.


3. Il faut pouvoir satisfaire tous types de clients

Tout développeur web comprendra de quoi je parle : il faut satisfaire tous les clients, ce qui veut dire qu’il faut supporter IE, Firefox, Safari mais aussi supporter des clients tournants sur des machines anciennes sans beaucoup de ressources. Et tous les clients ne sont pas ingénieurs en informatique. Il faut donc concevoir l’application de telle sorte que tout le monde s’y retrouve. Et ce n’est pas une mince affaire.


4. De la rigueur, et encore de la rigueur

On ne pourra pas trouver de statistiques fiables, mais le bon sens suffit. Une équipe très bien organisée, ayant des process précis et de la rigueur a plus de chance de réussir. Durant mon stage, plusieurs «contraintes» de rigueur ont été mises en place. Certes, au premier abord, elles diminuent la rapidité. Mais à terme, elles assurent une qualité et une uniformité dans le travail de l’équipe. Des procédures de gestion de crises sont également un exemple de bonne pratique. Tout comme l’utilisation d’un système de tracking de bugs.


5. Il faut profiter de notre flexibilité

Une startup est par définition plus flexible qu’une entreprise plus grande. Peu d’employés, des horaires adaptables, une grande motivation. Et il faut profiter au maximum de cette flexibilité. La mise en place de nouvelles exigences qualité par exemple se feront plus rapidement. Les itérations de développement peuvent être plus courtes car il y a moins d’acteurs en jeu. Les réunions spontanées sont plus facile à organiser. C’est ce qui fait qu’une startup aura une réactivité plus grande.


6. Il faut se tenir au courant des avancées technologiques

Les grandes entreprises ont moins la possibilité de faire des mises à jour de leur logiciel ou de changer de système d’exploitation. En startup, la moindre mise à jour d’un framework de développement ou une nouvelle version d’un navigateur peut apporter son lot d’opportunités. Il faut suivre de près l’actualité, pour avoir éventuellement en tête la date à laquelle telle ou telle choses seront possibles ou améliorables. C’était pour moi la première fois que je devais autant me soucier de détails tels que les releases de logiciels.


7. Il faut travailler dur…

…car la tâche à accomplir est grande.


8. Il faut apprendre de ses erreurs

Il est arrivé une ou deux fois que je me rende compte qu’un bug avait disparu, comme par magie. J’étais content car ça faisait ça de moins à faire. Mais il a quand même fallut que je cherche qu’elle pouvait être la cause du bug, pour savoir le réparer s’il réapparaissait, ou au moins s’assurer que la cause n’avait pas des répercussions plus importantes.


9. «Ça suffira» n’est pas suffisant

En startup, on ne peut pas se contenter de quelque chose de convenable. Si c’est juste «convenable», le client le verra. Et quelque chose d’acceptable pour nous peut ne pas l’être pour le client. Il faut donc à tout instant se demander si on ne pourrait pas faire mieux ou plus efficace. Quitte à supprimer tout ce qui a été fait avant.


10. Il faut mettre toutes les chances de son côté…

… au niveau des équipes, de l’organisation, des locaux, de l’ambiance. Ce serait trop bête de ruiner une bonne idée à cause d’un mauvais esprit d’équipe ou d’une mauvaise organisation.


Est-ce que cette liste fait écho à votre propre expérience ?

4 réponses à “Les 10 points à retenir de mon stage en startup web”

  1. Andre dit :

    Je peux pas encore te dire si ça correspond à mon expérience, mais je t’ai lu avec beaucoup d’intérêt! Thx 😉

  2. Siebmanb dit :

    Merci ! De toute façon tu vivras ça quand tu créeras ta propre société pas vrai ? Dans quelques mois c’est ça ? :p

  3. AubergeA dit :

    Hello,

    Merci pour tous ces bons articles, tu as un parcours intéressant depuis ta sortie d’école, notamment le semestre manintec et tes divers projets. Moi aussi la création me brule les doigts 😉

    En tous cas je te follow, et peut être qu’on se croisera aux événements aae-entreprendre (si tu y vas).

    A+,

    Antoine, ensimag’09

  4. Siebmanb dit :

    Merci pour ton commentaire. Mais attention je ne suis pas encore vraiment sorti de l’école ! Dans 2 semaines je passe ma soutenance finale, et je serai alors très proche de la sortie 😉

    A très bientôt dans les parages, IRL comme on dit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *