Comment garder la motivation en 7 étapes

Nayaone http://www.fotolog.com/nayaone

Ce sujet me tient particulièrement à coeur. Je ne prétends pas donner ici de réponse au problème, car je n’en ai pas. Malheureusement.

Je suis partie d’un constat personnel simple : j’ai souvent tendance à m’enthousiasmer pour un projet, travailler à fond dessus, faire des projections sur l’avenir, puis rapidement perdre ma motivation. Par exemple, j’ai lancé le projet de faire une plateforme web pour les futurs admis de l’Ensimag. Le projet s’est bien lancé, j’ai réussi à rallier pas mal de gens à ma cause, tant au niveau du design du site, du contenu que de la rédaction de cours. J’ai même fait passer le site comme module à part entière. J’ai soutenu le projet devant les membres de l’ancien Pôle Communication de l’Ensimag. Et une fois le projet « terminé », la motivation est redescendue. La « Todo » liste n’a jamais été terminée. Les nombreux cours de maths rédigés sont restés à l’état de brouillon, et n’ont jamais été tapé en LaTeX. Voilà un des nombreux exemples auxquels j’ai été confronté. Parmi d’autres exemples, il y a la rédaction d’un roman, dont les corrections me sont parvenues de l’éditeur, et que je n’ai jamais faites. Ou un autre roman, dont les corrections de ma famille cette fois n’ont jamais été faites.

Je pense avoir cerné le problème. Dans mon cas, il y a deux situations. Soit je me suis lancé dans un projet long, seul, et qui ne m’apporte pas de retours motivants, ou pas de retour du tout. C’est le cas pour les romans. Faire toutes les corrections suggérées prendra du temps, et je ne suis pas sûr que l’effort sera récompensé…

Soit j’ai reçu des retours satisfaisants comme dans le cas de la plateforme web, et les petites modifications restantes ne m’apporteront à priori pas grand chose de plus… J’ai déjà été noté pour le projet, j’ai déjà eu des retours d’étudiants, de profs, etc. Fignoler ne m’apportera qu’une satisfaction personnelle, qui a été plus ou moins atteinte.

Je me suis récemment lancé dans deux nouveaux projets. Ce blog, et le site « Je n’ai jamais ». Tous deux ont été lancés plus ou moins sur un coup de tête, mais la motivation est toujours là.

Ils me servent en quelque sorte de plateforme de test pour ma nouvelle méthode : « Comment garder la motivation en 7 étapes ».

Etape 1 : S’assurer que l’on peut avoir le maximum de retours utilisateurs

En effet, des avis réguliers vont permettre de garder la motivation. Dans mon cas, des commentaires sur le blog sont d’une aide indéniable. D’autant plus lorsque les commentaires sont de personnes que je ne connais pas, ce qui prouve qu’ils n’ont pas été forcé par moi à venir ! Les statistiques de visites sont aussi encourageantes. Pour vos projets web, Google Analytics est votre ami. Si vous écrivez un bouquin, pourquoi ne pas lancer un blog sur le sujet. Vous y recueillerez les avis des utilisateurs au fur et à mesure. Et vous pourrez pourquoi pas y publier un chapitre pour créer le buzz.

Etape 2 : Savourez les bonnes critiques à 100 %, et les mauvaises à 200 %

C’est-à-dire que les bonnes critiques, c’est bien. Mais les mauvaises, encore mieux ! Quoi de plus satisfaisant que d’avoir une mauvaise critique, puis une bonne critique suite aux changements que vous avez mis en place. Si quelqu’un dit que votre design est nul, puis qui avoue que c’est beaucoup mieux maintenant, vous avez fait d’énormes progrès.

Etape 3 : Se donner les chances de rester motiver en communiquant autour de vous

Faire votre projet dans votre coin est très risqué. Soit vous dévoilez votre « oeuvre» au dernier moment, et récoltez l’engouement des foules. Soit vous vous payez un gros bide et la déception n’en sera que plus grande. Parler autour de vous, dévoiler des parties de votre projet, accepter un ou deux partenaires à vos côtés, vous permettra de garder le cap et ne pas aller dans le mur.

Etape 4 : Profiter au maximum des moments de motivation intense

Autant certains jours je ne suis pas du tout motivé, autant d’autres jours je ne peux pas dormir et suis obligé de me lever pour écrire des idées sur une feuille de papier. Je pense qu’il faut profiter au maximum de ces moments de motivation intense, car c’est selon moi ces moments qui vous font avancer le plus ! Pourquoi ne pas écrire (coder ?) toute la nuit ?

Etape 5 : Etre fier de ce que vous faites

Même si on ne vous le dit pas, vous ne pouvez qu’être fier de ce que vous faites. Beaucoup de gens ne se bougent pas, par peur de l’échec. Vous avez déjà vaincu cette peur et vous pouvez être fier d’avoir sauté le pas. Essayez d’être encore plus fier en travaillant dur pour surprendre tout le monde !

Etape 6 : Soyez persévérant, mais pas trop

Fixer vous de petits objectifs, mais tenez-y vous. Vous essayez de développer une nouvelle fonctionnalité mais vous êtes en galère ? Nul besoin de vous acharner au risque de déprimer et vous sentir bon à rien. Arrêtez-vous là, faites autre chose, et la solution vous apparaîtra, souvent le lendemain ou plus tard.

Etape 7 : Sachez abandonner

Je parle ici de projets personnels. Donc si vous finissez par ne plus être motivé, laissez tomber ! C’est quand même plus raisonnable que de déprimer sur quelque chose de « facultatif». D’autant plus que vous avez sûrement d’autres raisons de déprimer à cause de tout ce que vous êtes obligé de faire !

Je vais donc essayer d’appliquer cette méthode ! Je vous tiendrai au courant de l’avancée. Et vous, quelles sont vos techniques pour rester motivé ?

Illustration Illustration

2 réponses à “Comment garder la motivation en 7 étapes”

  1. Louis dit :

    Salut, j’aime bien ton blog, alors je vais essayer de participer.
    En plus de tout ce que tu viens de dire, ce qui me motive en général sur un projet ce sont les moments « motivation extrême ». Par exemple passer une nuit entière à coder, ou passer un cours à réflechir à la conception d’un projet. Cela donne au projet une importance au dessus de ce qu’on fait dans la vie de tous les jours. Je trouve aussi que le plus simple est de tenir une liste des choses qu’il reste à faire et parfois, selon la nature du projet RAYER certains points de la liste. Non pas parcequ’ils ont été fait, mais justement parcequ’on décide de les abandonner. Lorsqu’un projet ne nécessite pas forcément d’avoir l’air « professionnel » à un moment donné (il peut évoluer par la suite) c’est agréable de se dire « bon ce point là tant pis, c’est du détail, je ne vais pas le faire ». Ca permet de rester concentré sur ce qu’on voulait faire à la base et d’avoir l’impression de faire des choses, sans réellement en faire.
    Il est tout de même indéniable que les retours (positifs ou négatifs) sont ultra gratifiants, et sûrement une garantie de garder la volonté d’aboutissement.

  2. Siebmanb dit :

    Merci Louis pour le commentaire plein de vérité !
    Quand tu parlais de la motivation extrême sur un projet, tu parlais de projets en particuliers ? Tu voudrais en partager certains avec nous :p ?
    Ton exemple de la liste est un très bon exemple. Barrer ce qu’on a déjà fait est très motivant.

    Tu voudrais pas écrire pour le blog ? Je vois que tu as de l’inspiration :p. Ça me ferait plaisir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *