10 conseils pour présenter comme Steve Jobs !

Depuis quelque temps maintenant, j’ai laissé tomber la lecture de romans pour me tourner vers des lectures plus studieuses sur les présentations orales, les business models, la PNL… L’un des premiers livres que j’ai lu étant « The Presentation Secrets of Steve Jobs » de Carmine Gallo. J’ai eu l’occasion de le mettre en pratique et je dois dire que ça a été vraiment efficace !

Dans le cadre de mon cours de création d’entreprise, mon groupe et moi avons pitché notre projet devant un jury de profs, business angels et chefs d’entreprises. Durant la préparation de la soutenance, j’ai essayé de mettre en application les conseils dispensés dans le livre. Et je pense que notre soutenance a su se démarquer et attirer l’attention. Notre prof était en tout cas très satisfait.

1. Regarder dans les yeux et utiliser la gestuelle appropriée

Le plus important est de regarder les gens dans les yeux. Ils se sentiront plus concernés et seront plus enclins à écouter. L’erreur courante, et de loin la plus désagréable lors d’une présentation, est d’avoir la personne qui parle constamment tournée vers l’écran pour lire la slide. Keynote permet d’afficher sur l’écran de l’ordinateur la slide courante mais aussi la slide suivante. Pour Powerpoint je ne sais pas mais vous pouvez au moins avoir la slide courante. Regarder l’ordinateur entre soi et le public est beaucoup plus agréable visuellement que de voir le dos de la tête du présentateur en permanence. Un bon exercice lors des répétitions est de demander à quelqu’un de taper sur la table à chaque fois que vous vous retournez pour regarder l’écran. Vous vous rendrez compte de la fréquence avec laquelle vous le faites.

Pour les gens qui ont tendance à avoir du mal à occuper leurs mains, avoir une télécommande dans une main peut rassurer et aider à la gestuelle.

2. Utiliser des images

L’audience se rappelle beaucoup plus facilement des images. Une étude a montré qu’après 72 heures, les gens retenaient 10% d’un texte (oral), et 65% si une image avait été ajoutée au propos. De plus, remplacer les textes par des images peut aider à recentrer l’attention sur vous : les spectateurs passeront moins de temps à lire la slide. Et donc ils reviendront vers vous plus rapidement. Si vous manquez d’inspiration, Flickr propose des photos vraiment exceptionnelles. Il faut y passer un peu de temps pour trouver la perle rare.

3. Pas de liste de points

Il est prouvé que délivrer une information via une liste de points est la pire manière qui soit. Supprimez les listes. Si vous avez 3 informations à montrer, pourquoi ajouter une puce devant ? Ceci va uniquement augmenter la charge cognitive du spectateur.

D’une manière générale, des expériences ont montré qu’une personne retenait au maxium 5 à 7 informations à la fois. Si vous présentez plus de 5 informations, le public aura oublié les premières en lisant les dernières. Steve Jobs a l’habitude de tout grouper par 3 : plan de présentation en 3 étapes, argumentaire en 3 points etc.

A titre d’exemple des deux points précédents, voilà comment nous aurions pu présenter les 6 points que l’on voulait faire passer :

Et voilà comment nous avons décidé de le faire :

4. Pause pause pause

Il faut faire des pauses. C’est un exercice très difficile, surtout lorsque l’on est angoissé. Si on connait son texte sur le bout des doigts, c’est d’autant plus facile de faire des pauses. Car vous savez exactement ce qui vient ensuite, et vous pouvez vous concentrer sur votre débit de parole et vos pauses.

5. Habiller les chiffres

Il n’est pas toujours facile de présenter les chiffres de manière attractive. Et pourtant il faut s’y forcer. Plutôt que de parler de 3Go, illustrez en disant que ça représente environ 1000 photos. Plutôt que de balancer un tableau financier aux allures carrées et tristes, mettez les chiffres sur un support plus fun comme une calculatrice ou un tableau noir comme nous l’avions fait :

6. Interagir avec le public

Je pense qu’interagir avec le public est important. Dans notre cas, nous avons posé des questions à l’audience en tout début de présentation, afin de montrer qu’ils étaient représentatifs de la population qui avait répondu à notre sondage. Bien sûr ça n’a pas raté : ils ont répondu l’inverse de ce qu’on attendait. Mais ça a eu le mérite de détendre tout le monde, et mon collègue a réussi à s’en sortir avec une pirouette :D.

7. La tenue

Le col roulé et les baskets, il faut oublier ! Ce qu’il faut faire, c’est s’habiller comme tout le monde, mais en légèrement mieux. Comme ça vous ne faites pas trop décalé et vous vous démarquez quand même !

8. Répétez encore et encore

Les proches de Steve Jobs le disent, un Keynote c’est des dizaines d’heures de préparations. Il faut savoir votre texte sur le bout des doigts pour être vraiment à l’aise, et en avoir l’air ! Et il faut répéter en conditions : dans une salle semblable, avec un public de préférence, dans la même tenue que le jour J etc. Et si vous pouvez, testez le vidéo projecteur à l’avance (surtout si vous êtes sous Windows ;)).

9. Innovez

C’est plus un avis personnel mais je pense que pour qu’une présentation soit bonne, il faut qu’elle soit originale. Pourquoi ne pas, à un moment, vous assoir à côté d’une personne de l’audience ? Pourquoi ne pas tapoter sur une calculatrice quand vous présentez les tableaux financiers ? Faire original vous permettra d’ancrer la présentation dans la mémoire des gens. Et si celle-ci était bonne, elle restera dans un coin de leur tête.

10. Have fun

Si vous prenez du plaisir à faire votre présentation, ça se verra. Donc essayez de vous amuser avant tout. Mais pour s’amuser, il faut être détendu. Et pour être détendu, il faut connaître son texte sur le bout des doigts !

11. Bonus final : Un mot par slide ?

Au final, pourquoi ne pas mettre un mot par slide ? Steve Jobs le fait, pourquoi pas vous ? Nous l’avons expérimenté et ça marche très bien ! C’est clair, propre, et ça ne demande pas trop de charge cognitive. Tentez le coup !

Êtes-vous d’accord avec tous les points ? Avez-vous d’autres conseils importants ?

8 réponses à “10 conseils pour présenter comme Steve Jobs !”

  1. Antoine dit :

    Je peux témoigner que cette méthode a eu son petit effet lors de la présentation en question.
    Seulement j’aimerais compléter le point qui revient plusieurs fois ici : « connaître son texte sur le bout des doigts ». Je pense qu’il est important d’avoir un plan le plus détaillé possible de ce qu’on va dire, et être sur de ne rien oublier, et à la limite quelques mots clés à placer, mais c’est en improvisant un minimum qu’on apparait le plus à l’aise. Seuls les comédiens arrivent à avoir l’air vrais sur la base d’un texte millimétré.
    Il faut éviter absolument d’avoir l’air de réciter. Certes Steve Jobs bosse des dizaines d’heures ses pitchs, mais à trop répéter on finit par ne plus mettre autant de conviction dans ce qu’on dit

  2. Romain dit :

    Je suis assez d’accord avec Antoine, l’idée de base pour une présentation réussi est avant tout de dominer son sujet. Mais il est clair que beaucoup de ces conseils sont pertinents et sans aucun doute efficaces.
    Pour répondre au besoin d’originalité, je vous suggère également le concept de « Mind mapping » qui permet d’associer le texte aux images ou encore de créer une dynamique supplémentaire par rapport aux powerpoints traditionnels… Il a été prouvé que ces « cartes cognitives » sont beaucoup plus efficaces pour retenir l’attention et stimuler l’intérêt de votre public. Avis aux amateurs donc…

  3. Richard dit :

    Un très bon post Bastien! Agréable et utile! Je vais essayer de mettre en pratique tous ces bons conseils pour ma prochaine soutenance..

  4. Siebmanb dit :

    Merci ! Tu me diras si ça a marché !

  5. Loic dit :

    Je vais un peu te trasher mais c’est aussi pour obtenir des réponses et pour faire avancer le débat:
    Bon déjà, y’a très peu de gens ici, qui auront le besoin de faire une présentation steve-like. Car celle-ci durent environ 2h… en deux heures tu peux prendre ton temps, faire un plan en 3 parties (ou autres), passer du temps sur chaque slides. La plupart du temps, on nous laisse au grand maximum 20 minutes. Donc là, on oublie le plan, on fait des slides très pertinentes, on n’entretient aucun effet de style (genre suspens mal fait).

    1) Le fait de regarder dans les yeux etc…, c’est pas un steve-jobs-like, c’est le B.A.BA de la communication. On remarque très rapidement ceux qui sont à l’aise en conférence ou non rien que par çà. Ça je valide
    2) Les images, moui c’est ce qu’il faut pour marquer les gens. Mais ça ne sert à rien de mettre le fond d’écran de Windows ou un autre vraiment banal. Les gens ne vont pas retenir plus ou moins si le mec à un oiseau sur son slide, par contre il sera vraiment ultime s’il a des trucs inhabituels.
    3) Là je m’insurge. Ignorer le pouvoir de la liste à point c’est ignorer le pouvoir de lister les choses. Si c’est pour faire comme dans ton exemple oui, parce que tu as trois mots par slides, si c’est pour argumenter un propos, la liste à point à plusieurs étages reste le moyen le plus puissant de structurer ton argumentation.
    4) La pause, c’est pas le soucis principal. Le problème est la vitesse de diction de certain qui est trop rapide. Le cerveau n’a pas le temps d’assimiler quoi qu’il arrive. Bref au total, c’est le rythme qui doit être très lent dans l’ensemble.
    5) C’est de la pédagogie de base mais il faut faire attention à qui on a en face. Si c’est une armée de journaliste et autres du même genre, comme le cas de Steve, oui habiller dans tout les cas est important. Dans le cadre d’une présentation face à un banquier en lui parlant de CA (on va gagner 1 M€, ce qui represente 111 renault clio) ou un spécialiste (l’exemple des photos, voilà quoi), il trouvera ça ridicule. Bref, c’est pas une règle universelle, car tout doit être mesuré en fonction de l’auditoire.
    6) Oui le public est important. Mais un truc qu’on se rend compte, c’est qu’à part quand Steve fait une annonce (où y’a tout le monde qui bave d’entendre ce qu’il dit), les gens sont complètement amorphes en face et qu’ils n’auront vraiment pas beaucoup de répondant. Conclusion, il ne faut pas être étonné que quand vous faites une question genre « Qui pense que c’est vrai ça ? » d’avoir 10% de oui, 10% de non et 80% qui n’auront pas levé la main.
    7) Encore une fois, pas de règle universelle à mon sens
    8) Oui, oui, oui, oui et encore oui. Plus la présentation est importante plus elle doit être bien rôdé. Par contre, les gens apprécie quand « l’ensemble a l’air » improvisé. Donc, il faut bien travailler les passages pointilleux, difficiles ou ceux qui ne sont pas super crédible. Et se laisser aller sur les passages où on est ultra confiant
    9) Innover… drôle… humour. Il faut arrêter de sortir ce mot pour n’importe quoi. Le mec qui sort une calculette pour un bilan financier j’y crois pas une seule seconde… le mec qui s’assoit dans le public je vais me demander ce qu’il fait. Par contre, moi j’ai vu un keynote d’un grand chercheur dernièrement qui a commencé sa présentation en mettant dans ses slides des livres de contes pour enfants (avec les tites images) en changeant le texte par son discours (ou ses idées du moins) et ça a amusé l’ensemble de la salle directement. Ca c’est avoir du talent.
    10) De base
    11) Drôle… Donc ça c’est pour faire un effet de style et de suspens… Si tu annonces au banquier « Positif » après ton bilan financier, il va pas faire « wouziiii ». Si tu lui avais dit le contraire, il ne serait pas là.

    Bref, tout ça pour dire qu’il n’y a pas de recette magique pour faire une présentation. Ce qu’il faut prendre absolument en compte :
    – Qui est en face : Ca donne l’orientation de la présentation
    – Quel est le pré-requis pour comprendre ce dont on va parler : Ca donne le contenu
    – Combien de personnes : Affine le discours en personnalisant plus ou moins
    – Combien de temps ai-je le droit de parler : Ze critère à mon sens
    – Quelle est ma masse d’information, dois-je faire des compromis : Dans ce cas, il faut jouer avec la session de question derrière
    – Dois-je faire un show, ou dois-je être pertinent : Un show, c’est ne pas présenter (ou cacher) ce sur quoi tu n’es pas bon, dans certains cas, on veut savoir ça
    – Est-ce que je peux me permettre des fantaisies : le contexte ne s’y prete pas toujours, mais c’est là où on peut faire des choses comiques

    Ensuite quelques conseils : soyez vraiment à l’aise, car si vous êtes tendu personne ne voudra vous écouter. Soyez résistant à toute épreuve, il n’y a qu’à voir les réactions de steve dans des bugs au moment de la démo pour voir qu’il est très bon (tiens ça marche pas, bah c’est Flickr qui doit être en panne, en démontrant un système de geotag sur flick). Si besoin, se filmer, et se demander si vous auriez aimé écouter ce discours.
    Après, il y a plein de guidelines suivant les cadres dans lequel vous êtes (j’en ai un super pour les présentations scientifiques si besoin)

    Voilà, un rapide tour d’horizon de ce que j’ai pu voir en entreprise et en conférence. Ah oui autre conseil : arrêtez de suivre aveuglément des icônes.

  6. Siebmanb dit :

    Merci pour ce long commentaire ça fait toujours plaisir d’avoir des réactions !
    L’article était principalement destiné aux présentations de pitchs d’entreprises donc effectivement un certain nombre de conseils ne peuvent s’appliquer. Il est pas possible de soutenir une thèse en ne mettant que des images et faisant voter le public à main levée 😀
    La plupart des conseils ne sont pas des Steve Jobs Like mais vont permettre de s’approcher de la qualité de la sa prestation. Le regard dans les yeux est une base mais pas toujorus appliquée, voilà pourquoi j’en reparle ici.

    Pour la liste à points, ce que je préconise c’est d’une part d’enlever les points. Je pense que ça surcharge. D’autre part, une liste à points à plusieurs niveaux hiérarchiques est extrêmement difficile à lire. La charge cognitive nécessaire est très grande car en plus d’assimiler les infos il faut assimiler leur position dans la hiérarchie. Donc je pense qu’il y a souvent un moyen plus pratique. Mais Steve Jobs utilise les listes malgré tout, on l’a d’ailleurs vu dans le dernier Keynote où il liste plusieurs fois les fonctionnalités. Mais pas de points devant. Et pas de hiérarchie. Après il est peut-être intéressant de les utiliser dans certaines situations très précises.

    Pour ce qui est des chiffres présentés de manière imagée, ça s’applique pour les chiffres que les gens ne peuvent pas forcément comprendre. 1Go de musique, ça ne parle pas à grand monde. Mais c’est sûr qu’un CA parlera à un banquier. Je pense qu’on peut faire à peu près n’importe quoi du moment qu’on est à l’aise et confiant.

    Le 1 mot par slide est adapté pour des trucs du genre « Partenariat », « Tabou » ou encore « 100€ ». Ça me semble bien passé dans certains cas.

    Pour conclure, tu as tout à fait raison il faut s’adapter au public et au type de présentation. Et ne pas suivre aveuglément les icônes, juste prendre les meilleures parties de chacun d’eux 😉

    Merci encore pour cette discussion !

  7. ttasse dit :

    Merci Siebmand, très bien exposé.

    J’essaie couramment cette technique (même pour des présentations de 30 min.)

    J’ajouterai également un élément. Une présentation… c’est une forme de divertissement. À la manière d’un Roman, d’un film ou d’une pièce de théâtre. Il faut captiver l’auditoire. Peu importe le temps que l’on a, on se doit de faire passer un message qui va laisser une émotion aux participants. À ce sujet, voici une de mes références que je vous recommande, Garr Reanolds. Son blog Presentationzen.com (référence pour tous ceux qui veulent maîtrise l’art de parler en public…)

    Un exemple (une présentation de Garr à Google:
    http://www.youtube.com/watch?v=DZ2vtQCESpk&feature=player_embedded)

    Aussi… L’utilisation des images pour synthétiser une pensée (à la manière du visual thinking, The Back Of The Napkin by Dan Roam) est assurément la meilleure façon d’atteindre rapidement son auditoire.

    Tristan (@ttasse)

  8. Siebmanb dit :

    Y’a pas de quoi ! Par contre c’est SiebmanB comme Bastien et pas D ^^

    Je vais aller jeter un oeil à ce blog ! Je suis d’accord avec ce que tu dis donc rien à ajouter !

    A bientôt et merci 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *